Pas de meilleur lieu pour fêter nos 200 jours de voyage

Et voilà pour notre 200ème jour de voyage, nous sommes arrivés à Ushuaia. La route pour y mener est surprenante. Nous avons fait des centaines de kilomètres de steppes, dans un climat ou rien ne pousse puis d’un coup, on commence à découvrir une petite forêt, puis plus d’arbres, des ruisseaux, des rivières et enfin des montagnes, la fin des Andes alors qu’elles avaient presque disparu depuis quelques temps.

Ushuaia en famille avec des enfants

La ville d’Ushuaia en elle même n’a rien de particulier, c’est une ville très touristique qui n’a pas d’âme. Nous n’allons pas nous eterniser! Nous faisons la connaissance d’un français fraîchement arrivé de France qui nous explique qu’avec l’épidémie de coronavirus qui sévit en France, il est refusé de toutes les excursions en partance d’Ushuaia… Ça commence à craindre.

Comment réagir face à l’épidémie de Coronavirus au bout du monde ?

Les frontières des pays voisins en Amérique du Sud se ferment peu à peu. Nous savons que la situation est catastrophique en France, que ce virus va très vite gagner le monde entier. Nous en discutons jusqu’à tard le soir pour savoir quelle conduite adopter pour nous protéger au maximum. Nous sommes en Terre de Feu, l’un des endroits les plus au Sud au monde.

La partie argentine de la Terre de Feu est très petite. Nous ne voyons pas rester confiner dans cette partie du monde où le climat est rude pendant plusieurs semaines. Pour retourner sur le continent, nous devons retraverser 2 frontières. Nous prenons la décision de nous lever tôt le dimanche 16 mars pour faire les 600 kms qui nous séparent du continent en 1 fois. Nous ne prenons que peu de pauses, nous roulons, nous roulons. Nous passons sans encombre la frontière chilienne. Ils nous font signer une déclaration sur l’honneur comme quoi nous sommes en bonne santé et sans symptôme. Nous continuons notre route, nous prenons Jaume en stop, il termine son voyage de 2 ans en Amérique du Sud et rentre à Barcelone au vu de la situation. Nous le déposons après le bac. Il part vers Santiago via Puntas Arenas.

Nous continuons vers la frontière argentine. Nous sentons vraiment une urgence à passer cette frontière pour ne pas se retrouver coincé dans la Terre de Feu chilienne. Nous passerons la frontière à 19h55. La dame ne nous fait pas trop de difficultés même si nous venons du Chili, pays à risque. Le président argentin doit s’exprimer dans les minutes à venir. Nous avons nos tampons d’entrée en Argentine, nous sommes soulagés. Nous filons au comptoir faire l’importation temporaire du véhicule.

La dame entame la procédure et là le verdict tombe, le président décrète la fermeture des frontières ! Le poste frontière où nous sommes ne prend pas les choses à la légère et décide de fermer de suite… Nous avons eu très chaud ! Nous allons passer la nuit à côté d’une lagune pour décompresser de notre journée de fous.